Loading...

coquine

On dit non à Jacquie et Michel !

18 Fév | Par Moderatrice

"Cette histoire me pourrit la vie" : quand d'anciens "anonymes" du porno sont rattrapés par leur passé

Des années après avoir quitté l'univers du X amateur, des hommes et des femmes voient leur vie professionnelle et personnelle mise en péril par leurs vidéos.


"C'était un délire, il a viré au cauchemar." En 2012, Sabine et Christian* ont tourné pour la première (et dernière) fois dans un porno amateur. Elle était secrétaire, lui chauffeur routier, et l'industrie du X était un monde inconnu pour ces quinquagénaires du Loiret. "Notre couple allait mal, alors on s'était lancé ce défi, raconte Sabine. C'était un jeu entre nous, qui s'est retourné contre nous."

Après que Christian a pris contact avec la célèbre plateforme Jacquie et Michel, le tournage est organisé dans un appartement à Paris. Il laisse un sentiment de dégoût au couple. Christian refuse finalement de participer à l'acte, laissant sa femme avec trois autres acteurs conviés pour l'occasion. "C'était horrible, se souvient Sabine. Il fallait s'arrêter toutes les deux secondes et le réalisateur demandait des trucs pas prévus, disant que c'était vendeur."

"Beaucoup d'amis consultaient ce site"

Le pire, à leurs yeux, est arrivé plus tard, comme Sabine l'a expliqué à L'Obs. Quelques mois après le tournage, lors d'un dîner avec des amis, le couple reçoit un appel d'un copain. Ce dernier leur annonce que, lors d'une soirée, sa fille est tombée sur la vidéo ; il veut des explications. "Catastrophée", Sabine ne peut retenir ses larmes. Les images vont bientôt faire le tour de leurs proches.

"En discutant avec notre entourage, on s'est rendu compte que beaucoup d'amis consultaient ce site", explique-t-elle. Les deux filles du couple ont, à leur tour, vent de l'affaire. Leur entourage professionnel les moque. "On ne va plus aux réceptions du comité d'entreprise de mon mari, on se cache", confie Sabine. Même six ans après le tournage, "cette histoire continue de [lui] pourrir la vie".


Quand des gens me disent qu'ils m'ont déjà vue quelque part, j'espère que ce n'est pas ça. Je me sens toujours sale.Sabine

"Tu te doutes bien que ça va te suivre toute ta vie"

Marion Bogaert, elle, ne garde pas un mauvais souvenir de ses "quatre ou cinq tournages", organisés en 2012 pour Jacquie et Michel et son concurrent MSTX. En réalisant ce "fantasme", elle est à l'époque décidée à en"assumer" les éventuelles conséquences. Elle tient même à tourner sous sa véritable identité. "Quand tu signes le droit à l'image sur cinquante ans, tu te doutes bien que ça va te suivre toute ta vie", estime-t-elle.

Mais l'impact de ses vidéos, vues des millions de fois, dépasse ses prévisions. "Même au boulot de ma sœur, des collègues lui en parlaient", raconte cette assistante administrative de 27 ans. Dans le quartier de l'actrice, pendant deux ans, des "petits dealers" multiplient les réflexions à son encontre. "Parfois, ils criaient devant tout le monde 'On dit merci qui ?' [le slogan de Jacquie et Michel], raconte-t-elle. Ils étaient enfermés dans leur quartier, et ils venaient d'apprendre qu’une actrice porno s'y était installée. Ils étaient jeunes, entre 15 et 20 ans, et pour eux c’était le fantasme de la girl next door."


L'événement le plus grave s'est produit dès le mois de décembre 2012, poussant Marion Bogaert à mettre fin à son aventure dans le porno. La jeune femme affirme avoir alors été "violée par un fou furieux", un homme rencontré lors d'une formation. "C'était un mec qui m'avait reconnue, détaille-t-elle. On était devenus amis. Et, un soir, il n'a pas pu résister."


Des gens pensent que, parce que tu as fait du porno, tu es forcément ouverte. C'est faux. Certains comprennent, d'autres pas. Lui ne l'a pas compris, visiblement.

Un manque de prévention ?

Sabine, Christian et Marion ne sont pas les seuls amateurs rattrapés par leur passé. En 2011, un couple de chauffeurs de bus de Toulouse a vécu un calvaire dans son entreprise après que des images filmées dix ans plus tôt ont refait surface. En 2014, un couple de Péronne (Somme) a été lâché par ses amis après un tournage. En 2016, une aide à domicile de Bourges (Cher) a été licenciée par son employeur après avoir tourné dans une vidéo pornographique, une affaire bientôt jugée devant les prud'hommes.

Les équipes de tournage mettent-elles suffisamment en garde les nouveaux venus ? Sabine et Christian confessent leur "naïveté", mais affirment ne pas avoir été sensibilisés à ces questions avant le tournage. Reconnaissant "quelques ratés peut-être" aux débuts du site, "Thierry B.", responsable de la communication de Jacquie et Michel, précise que sa société ne travaille plus avec le réalisateur rencontré par le couple. "A l'époque, les gens ne se rendaient pas bien compte de la puissance d'internet", ajoute-t-il. 

[Aujourd'hui], les réalisateurs à qui nous achetons des productions, qui sont des gens de confiance, ont le devoir de prévenir les acteurs en herbe.

Dans les faits, une faible part des candidats se retrouve finalement devant les caméras. "Quand on explique les conditions de tournage aux gens, 7 sur 10 se dégonflent, affirme Thierry B. Et sur les trois qui restent, deux ne se présenteront pas le jour J. On est en 2018, la marque Jacquie et Michel est connue par 70% des Français, les gens savent qu'ils vont être super exposés."

Pour le réalisateur-producteur Thierry Kemaco, qui a notamment travaillé pour Jacquie et Michel, alerter les prétendants aux tournages est inutile. "De toute façon, la majorité des gens le font pour se faire un peu d’argent rapide", explique-t-il.

Ils sont dans un tel besoin qu'à partir du moment où il y a 300, 600 ou 1 000 euros qui vont tomber cash, cela coupe court à toute réflexion sur le futur.


Son homologue Pierre Woodman estime que ce n'est tout simplement pas son rôle de mettre en garde les nouveaux venus. "Je suis producteur porno, pas psychiatre ou docteur. Quand on a 18 ans, on est supposé être majeur et savoir ce que l’on veut faire ou ne pas faire."

"Moins de cinq demandes de retrait par an"

Et après le tournage ? Lorsque leur vidéo a commencé à circuler dans leur entourage, Sabine et Christian n'ont eu qu'une obsession : la faire retirer. Ils ont obtenu gain de cause auprès de Jacquie et Michel, gratuitement, après avoir fait remarquer que le réalisateur avait oublié de leur faire signer un contrat. "On reçoit moins de cinq demandes de ce genre par an, sur 400 ou 500 vidéos", détaille Thierry B. Le porte-parole du site évoque des résolutions "au cas par cas, selon que c'est une vidéo qui pose un problème personnel, professionnel ou alors une demande de suppression par confort, pour une envie de changer de vie". Parfois, le retrait est facturé par le réalisateur – 250 euros pour le dernier exemple en date, selon l'entreprise.

Pierre Woodman reçoit, lui, des demandes de retrait "toutes les deux semaines". Il les décline systématiquement. "Si j’en retire une et qu’on peut la trouver partout ailleurs, les pirates ont gagné doublement, justifie-t-il. Ils ont volé ma vidéo et ils ont une vidéo à moi qui n’est même plus sur mon site." Dans le cas de Sabine et Christian, des copies illégales de leur tournage sont effectivement toujours visibles sur des sites étrangers. "Je leur ai envoyé des mails, je n'ai pas de réponse", se désole Sabine.

Un frein à l'embauche

Plutôt que de chercher à effacer toute trace de son passé, Marion Bogaert a tenté de le rendre moins visible. "Beaucoup de gens cherchent votre nom avant de vous recruter", expose-t-elle. Lors d'un entretien d'embauche, son futur employeur lui a ainsi annoncé être "au courant" pour ses films, mais lui a assuré n'avoir rien dit à personne dans l'entreprise. "Sauf que tout le monde était au courant, déplore-t-elle. Les gens avaient une façon de me regarder et de me parler qui me le faisait sentir. Au bout d’une semaine, j’ai mis fin au contrat."

Pour éviter une nouvelle mésaventure, elle a fait appel à un ami, en 2015, pour modifier le référencement de son identité sur internet. "Il a fait en sorte que mes films porno n'apparaissent pas sur les trois premières pages dans les résultats de recherche quand on tape mon nom, explique la secrétaire. Un mois après, j'avais des réponses à mes candidatures professionnelles, là où je n'en avais pas avant."

"On n'a pas pris ma plainte pour viol au sérieux"

Derrière ces histoires, c'est la question du regard sociétal sur la pornographie qui est posée. "Quand je suis allée déposer plainte après mon viol, les gendarmes avaient une petite affiche 'Merci Jacquie et Michel',affirme Marion Bogaert. J'ai dit que j'avais été actrice porno. On ne m'a pas prise au sérieux." L'affaire a d'abord été classée sans suite, l'infraction étant"insuffisamment caractérisée", selon le parquet. La jeune femme l'a relancée en portant plainte avec constitution de partie civile.

Pour mon agresseur, c'était légitime de violer quelqu'un qui a fait du porno. Visiblement, la justice lui donne raison.


"Elle a eu l'impression que les gendarmes lui avaient dit, en résumé, 'vous avez fait du porno, de quoi vous vous plaignez ?' commente son avocate, Yaël Godefroy. Il n'est pas normal qu'une victime, à cause de son passé, ait le sentiment que sa plainte n'a pas été reçue avec le même sérieux et respect qu'une autre."

Devenue réalisatrice, l'ancienne porn-star Ovidie a montré, dans son documentaire Rhabillage (2011), la reconversion souvent compliquée des ex-actrices. "Que la personne ait fait un film ou 200 films, pour [le public], c'est pareil : c'est une actrice de X", lui racontait Marie-Laurence de Rochefort, ancienne attachée de presse du groupe Dorcel. Ces difficultés ne viennent "pas de ce qu’on a fait dans le porno, mais du regard extérieur sur le porno", analyse le sociologue Mathieu Trachman sur le site de 20 Minutes.


Une question d'époque ? C'est le sentiment d'Adam de Lichana, ancien rédacteur en chef du magazine pornographique Union"Je suis d’une génération post-soixante-huitarde, pour qui le sexe était quelque chose qui demandait à être dévoilé, montré, prônant le sexe heureux, 'peace and love',avance-t-il. Il y a eu un retour de bâton, avec le retour du religieux. On est en plein rétropédalage."


Tourner dans un film X est tellement mal vu que je me demande si les gens ne pensent pas que c'est illégal.


Pour Thierry Kemaco, la stigmatisation des acteurs et actrices X (même d'un jour) "est un problème sans solution", à moins de "changer la mentalité des gens". En attendant, pour avoir cédé aux sirènes des caméras, des Français continuent de craindre d'être reconnus et jugés par les autres. "J'ai toujours peur", conclut Marion Bogaert.

* Les prénoms ont été modifiés.


Commentaires:

Aucun Témoignages ...
Connectez-vous pour commenter

Articles Liés