Loading...

coquine

Les hommes libertins en question

25 Nov 2017 | Par Moderatrice

On ne le dit pas assez : les clubs libertins, le milieu libertin en général, sont des lieux pour les femmes. Elles en sont le reines, décidant à tout moment comment disposer de leurs sujets, les hommes libertins.

Le bruit qui court dans le milieu libertin : les hommes veulent aller en club échangiste, les femmes veulent y retourner. Si nous n’avons jamais vraiment pu vérifier, chiffres à l’appui, cette théorie, elle ne semble pas, à l’usage, dénuée de tout fondement.


Car si, comme on s’en doute, ce sont plutôt les messieurs qui rêvent de ce monde de liberté sexuelle aux partenaires multiples, il est clair que tout le monde libertin est organisé et conçu autour des désirs de la gente féminine, aussi diverse soit-elle. Pas étonnant, dès lors, d’imaginer que, dans certains couples dont le mari a insisté pour tenter l’aventure, madame se révèle finalement la plus séduite par l’expérience.

Oui, le monde libertin est conçu pour les femmes, et les hommes libertins, qu’ils soient en couples ou célibataires, ont parfois bien du mal à s’y faire une vraie place.

Les hommes libertins en couple

Non. La vie des hommes libertins en couple n’est pas un long fleuve tranquille. Car tout est concentré autour de sa femme. C’est autour des femmes que s’articule la rencontre échangiste ou mélangiste : ce sont elles qui se transforment, vestimentairement parlant, pour aller en club, ce sont elles qui font les premiers pas, ce sont elles qui draguent.


Le mari libertin est, à bien des égards, passif dans le processus de la rencontre libertine, il n’est que le prolongement de sa femme et, s’il peut bien sûr donner son avis, c’est surtout madame qu’il faut séduire pour séduire le couple.

Comme un juste retour de bâton, le machisme de nos sociétés se retournent contre les hommes dans les établissements libertins. Ainsi des maris pris de jalousie plus souvent qu’à leur tour dans un contexte échangiste : « je pensais être blindé. Mais quand j’ai vu ma femme, prise pour la première fois par un autre homme dans un coin-câlin, je me suis senti mal. J’avais peur qu’elle ne me trouve plus à la hauteur après ça. Depuis, nous sommes devenus mélangistes, et ça va beaucoup mieux » raconte T., un brin d’inquiétude dans la voix.

Et il est vrai que le sentiment de jalousie semble toucher davantage les hommes libertins que les femmes. Sans doute se sentent-ils plus jugés sur leurs « performances » que leurs compagnes, ou peut-être est-ce dû à d’autres facteurs. Mais c’est un fait, constaté après chaque entretien avec des couples libertins : la femme s’épanouit plus facilement que le mari dans un environnement échangiste.

Les hommes libertins célibataires

Pour les hommes se rendant seuls dans les établissements libertins, les choses se posent évidemment différemment. Il existe d’ailleurs deux grands groupes de ces « libertins célibataires » : les authentiques célibataires venus chercher là la grand frisson libertin, et les hommes mariés ou en couple, qui n’ont pas réussi à convaincre leurs épouses ou, plus grave, qui ne voient pas ce que leur femme ferait en un tel lieu.

Chez ces derniers, le choc culturel est souvent douloureux : « je veux vous dire que les couples libertins ne sont pas des gens sympathiques. Pour qui se prennent-ils ? Surtout les femmes, elles croient pouvoir disposer de nous comme il leur plaît ! Moi, si je paye mon entrée, ce n’est pas pour me retrouver exclu ! » (source : courrier des lecteurs).


N’en déplaise à notre cher lecteur, les clubs ne sont pas des lupanars. On ne paie pas un droit d’entrée comme on paie une prostituée pour quelque faveur que ce soit. Et n’en déplaise aux nombreux pourfendeurs du monde libertin, ce sont toujours les femmes qui, in fine, décident.

Ce que, heureusement, de plus en plus d’hommes libertins célibataires ont compris : « au tarif où est l’entrée, si je voulais seulement tirer mon coup, ce serait plus rentable – et plus sûr – pour moi, d’aller voir une prostituée. Mais ce que je recherche en club échangiste, c’est une expérience érotique consensuelle. Les femmes libertines sont là pour leur plaisir, elles ne s’en cachent pas, et c’est ce que j’aime chez elles ».


les clubs libertins ne sont pas des lupanars :
in fine, ce sont toujours les femmes qui décident

Alors, bien sûr, il y a toujours des queutards dans les soirées mixtes des clubs. Mais ceux-ci, généralement, ne reviennent pas de sitôt. A l’inverse, les hommes libertins les plus habitués des lieux ont un tout autre état d’esprit : « je n’ai pas peur de le dire, je suis admiratif des femmes libertines. Contre vents et marées, elles décident de faire ce qui leur plaît. Alors, je ne crains pas d’être soumis à leurs envies, à leur jugement, éventuellement. Quand la femme d’un couple trioliste me choisit, par exemple, je suis aussi fier que content. Et sinon, tant pis pour moi ».

On est bien loin du procès en sexisme fait par certains libertinophobes aux clubs échangistes, soupçonnés de ne véhiculer qu’une vision masculine de la sexualité. A croire que les plus sexistes ne sont, finalement, pas toujours ceux qu’on croit.

Commentaires:

Aucun Témoignages ...
Connectez-vous pour commenter

Articles Liés